WA_INTERN_URL[DSCF0569_blog.JPG Grainsdesables
 
2014-2015
Chantier écosolidaire au Portugal Monte Barata du 13 au 27 février 2010 J ’avais du temps, l’envie d’emmener mes baskets voir ce qui se passe ailleurs... Alors, après un petit tour sur le site Web de cette association « A PAS DE LOUP », c’est décidé j’opte pour cette mission de 15 jours au Portugal : « Conservation d’un écosystème forestier »... et je télécharge la fiche d’inscription, scanne une photo et voilà, clic, c’est parti... Après quelques échanges d’email avec Isabelle, responsable du dossier à « A PAS DE LOUP », j’apprend que c’est OK, je suis partante !!! Je réserve un billet d’avion via Internet et, feuille de route épinglée au mur, je ressors la valise ; et comme je ne plante pas des arbres tous les jours, mon équipement demande à être pour le moins complété ! Je sais que nous serons une équipe de cinq personnes, qui se retrouveront le 14 février à Castelo Branco (au nord-est du Portugal) pour deux semaines. Bon, je parle l’anglais appris au lycée il y a... 30 ans, et l’espagnol, appris beaucoup plus récemment car je suis tombée sous le charme de l’Amérique Latine. Le portugais, point. Mais là-bas, beaucoup de gens parlent français... la communication devrait donc se faire sans trop de problème. Arrivée à Lisbonne à 12h, je prends le train pour Castelo Branco où le responsable de « QUERCUS » - l’association partenaire qui nous reçoit - m’attend, accompagné d’un de mes co-équipiers arrivé le matin même... Quercus, pour les latinistes et les autres, veut dire « chêne ». Pendant deux semaines, sous la pluie, le vent et dans le froid, nous planterons 1000 jeunes plants de chênes-lièges hauts de 20cm qui doivent reboiser une partie du « Parc Tejo International ». Tejo étant le Tage, comme chacun sait... Climat inattendu donc, dans ce pays si réputé pour son soleil de plomb... oui, mais au mois de février, alors que la Terre Mère est en révolte, il ne faut pas s’attendre à plus de douceur. Qu’à cela ne tienne, les fous rires ont été notre drogue et nous avons mis la cuisine régionale française à l’honneur, chacun passant derrière les fourneaux à tour de rôle. Et je ne parle pas des oranges et des citrons qui poussent dans les jardins... L’équipe de Quercus nous a accueillis vraiment chaleureusement... Nous avons visité avec eux le patrimoine naturel et historique, fait la fête et puis, nous avons gardé le contact... Je ne demande qu’à retourner les voir pour participer à leur combat. D’autres chantiers sont prévus là-bas, je suis candidate... Mes co-équipiers venaient des quatre coins de France, l’un au chômage, l’autre en dépôt de bilan, la troisième en recherche d’emploi après un bac SVT et la quatrième également, après un BTS. Quant à moi, j’ai quitté la vie active, comme on dit. Pas de rapport d’autorité, pas de hiérarchie, rien que le respect de l’autre et de ses différences. Et nos différences d’âges nous ont permis d’échanger des regards différents sur la vie et ses priorités. Des expériences et des tuyaux des uns vers les autres... Un réseau intergénérationnel en somme, qui ne demande qu’à s’étirer. Et si j’avais un CV à constituer, je n’oublierais pas cette période qui fut riche en apprentissage. Je suis rentrée le 27 février avec des souvenirs heureux et une grande satisfaction d’avoir réussi cette entreprise. L’enthousiasme est ce qu’il y a de mieux dans ses bagages. Merci à tous ceux qui ont croisé ma route ! Dominique
La dernière exposition s'est déroulée du 25 mai au 14 juin 2010 au Lycée "Les Bruyères" de Sotteville-lès Rouen (76300). Elle était organisée en collaboration avec l' Association Solidarité du lycée les Bruyères et le collectif des élèves de l'établissement, avec l'aimable autorisation de son Proviseur, Mr Jean-Claude Delporte. Un vernissage a lieu le mardi 25 mai 2010 à 17h dans le Hall d'Honneur du lycée.
A la maison de Lorient.... et le temps qui grossit...à Larmor-Plage !!!
Mes escapades au PEROU... en 2010 et 2011 Partir faire du bénévolat, avec des enfants, un rêve depuis longtemps... Par Internet, j'ai pris contact avec l'association locale " SOSPeruanitos" de Trujillo, ville située dans la province de La Libertad, au nord du pays. Et aussitôt après avoir obtenu le diplôme d'instructeur en juin 2010, je suis partie de septembre à octobre, pour faire découvrir le karate aux enfants de l' Alto Trujillo. Une découverte, une joie et des émotions chaque jour. Une expérience inoubliable. Nous avons noué un partenariat avec "Les Hirondelles" une école primaire - de Saint-Barthélémy dans le Morbihan - où mon amie Mary était institutrice. Des échanges par courriers entre les élèves et des contacts par Skype ont été organisés. Puis j'y suis retournée, de janvier à mars 2011. Ce deuxième voyage s'inscrivait dans le cadre de l'association KSI(Karate Solidarité Internationale) que mon frère a créée pour enseigner aux enfants des pays défavorisés. Un rapport de mission détaille cet épisode qui s'est déroulé de manière plus professionnelle, les médias locaux - tant péruviens que bretons - s'étaient d'ailleurs intéressés à notre intervention. Aujourdhui, KSI n'existe plus, mais mes souvenirs de ces deux escapades sont intacts. L'album
Retour Actualité Poster un commentaire